23 février 2017

Objet #5

Bouvreuil pivoine ♀ (Pyrrhula pyrrhula), 2017 - Polaroid © Yannick Vallet

Film : Le samourai

L'oiseau de Costello est un bouvreuil. Il est un peu comme le gardien de la maison qui prévient son maître de toute intrusion [1]. Rien que le changement de tempo de son chant, ou son agitation inhabituelle, suffisent à mettre Costello en alerte : L'oiseau devient bavard comme s'il racontait à Jef la visite des deux policiers.[2]

Jean-Pierre Melville semble avoir une tendresse toute particulière pour ce compagnon insolite qui, malheureusement, était dans les studios Jenner lors de l'incendie [3] :
« Jef et l'oiseau, ils s'aiment. Ils sont réglés sur la même fréquence. Comme je voulais que les premiers plans du film tendent vers le gris, j'avais pris un bouvreuil femelle car à l'encontre du mâle, elle n'a pas la gorge orange et n'est que noire et blanche. Elle a brûlé avec mes studios … » [4]

Encore une fois, Melville nous livre ici une image lourde de signification, celle d'une solitude subie et parfois douloureuse (les plumes du bouvreuil volettent allégrement lorsqu'il s'affole), derrière les barreaux de la cage s'exprimant le difficile et progressif enfermement de Jef Costello.

[1] Voir post du 6 février 2017 : Décor #1
[2] Extrait du découpage technique (page 85) : Costello vient de rentrer chez lui.
[3] Les studios de Melville, situés rue Jenner à Paris, ont brûlés le 29 juin 1967 pendant le tournage du Samourai.
[4] Jean-Pierre Melville dans Le cinéma de Jean-Pierre Melville de Rui Nogueira.