3 avril 2017

Lieu #8

Monument Nicéphore Niépce, Saint-Loup-de-Varennes (Saône-et-Loire), Carte postale Combier

Film : Le cercle rouge


Description de la séquence se déroulant ici (extrait du découpage technique, page 34) :


159. Sur la N.6, au sud et avant CHALON-SUR-SAONE,        159. 
     à SAINT-LOUP-DE-VARENNES, devant le monument
     à Niepce.

-----------------------------------------------------------------

160. Il pleut. Un barrage avec chicanes                   160. 
     est placé dans les deux sens.


C'est donc ici, sous une pluie battante, que Corey se fera arrêter lors d'un premier barrage. On est à une quarantaine de kilomètres du Relairoute de La Rochepot [1], là où Vogel se glissera discrètement dans le coffre de la Plymouth.

Cette séquence du barrage devant le monument est très similaire à celle de l'autre séquence avec barrage, située quelques minutes plus tard, juste après l'arrêt au Restoroute. La différence, c'est qu'ici le plan est un travelling latéral accompagnant Corey en légère contreplongée lorsqu'il sort de la voiture (et finissant en zoom avant sur la sacoche apparaissant dans le coffre ouvert) alors que la seconde est un simple panoramique de gauche à droite (à la suite duquel est monté, en cut, un gros plan de la serrure du coffre).
Résultat : alors que dans la première séquence le spectateur est plutôt avec Corey (non seulement la contre plongée a tendance à lui donner une certaine prestance, mais en plus le travelling permet de le suivre de façon particulièrement proche), d'emblée dans la deuxième séquence, le panoramique installe une certaine distance obligeant le spectateur à rester plus attentif aux évènements. Cet effet indicible, ressenti comme une sorte de sensation inconsciente par le spectateur, permet au réalisateur d'augmenter l'effet de solitude que peut avoir le personnage face à ses épreuves. L'idée n'étant pas de le laisser se débrouiller seul avec ses problèmes mais bien plutôt d'augmenter l'empathie que pourraient avoir le spectateur. Plus le personnage paraît seul et démuni (ici face à l'autorité policière) et plus l'auditoire prendra fait et cause pour lui et aura envie de l'aider. Une des multiples "astuces" de réalisation utilisées par Melville pour augmenter cette sensation de solitude subie.

Mais qu'en est-il de ce monument ? Il ne me reste plus qu'à faire le déplacement et à aller voir moi-même sur place…



[1] Voir post du 5 janvier 2017 : Lieu #3